DSCN8502

Cette semaine, j'ai éprouvé une grande satisfaction en gérant une situation qui aurait pu se terminer en conflit.

Lisez plustôt:

Contexte: J'ai été cherché ma fille (6 ans) à la garderie. Il doit être environ 17h30 et nous passons au supermarché pour acheter du café pour Mister Love (désespéré de ne plus avoir son petit noir depuis quelques matins) et des tablettes lave-vaisselle écologiques bien entendu ! Nous venons d'aller à la poste et devons nous dépêcher pour retrouver JF à la gare à 18h15.

On arrive dans le magasin et Léa m'annonce qu'elle a faim et qu'elle aimerait un biscuit pour gouter. Nous sommes dans le rayon des collations et je lui propose des speculoos. Je précise que nous mangeons quasi exclusivement des produits issus de l'agriculture biologique et c'est pareil pour les biscuits. Léa n'a jamais posé de problèmes pour les choix des marques ou des beaux emballage avec des petits personnages attrayants.

DEBUT DE LA DISCUSSION

Moi: Là-bas il y a des speculoos, ça te dit ?

Léa au même moment voit des Mikado choco/noisette: Oh! je vais prendre les 2.

Moi: Ce n'est pas possible ! J'aimerais que tu choississes une collation.

Léa (qui commence à pleurer): Je veux les 2. J'aime trop les 2.

PARENTHESE

(A ce moment-là, j'aurais pu choisir de m'énerver et la discussion aurait tourné au vinaigre.)

Moi (au lieu de m'énerver je réponds calmement): Oh je comprends tu as du chagrin car tu aimerais avoir les 2 mais ce n'est pas possible.

Léa: Oui je suis très triste! J'aimerais avoir les 2 mais c'est pas possible.

Moi: Tu as du chagrin car tu ne sais pas quoi choisir ?

Léa (pleurant à grosses larmes): Oui je ne sais pas quoi choisir et ça me rend triste car je pense qu'il y a encore des speculoos à la maison mais je ne suis pas sûre et que si il n'y en a plus je vais êtr  très triste car j'aime beaucoup les speculoos moi !

Moi: tu es très triste car tu as peur qu'il n'y ait plus de speculoos à la maison et tu aimerais avoir les mikados. Ecoute,  je te propose de mettre les 2 boîtes l'une à côté de l'autre et de faire un choix calmement. Je vais chercher le café de papa un peu plus loin et on en reparle à mon retour.

Léa (toujours triste mais calme): D'accord

Moi (étant pressée mais ne voulant pas la brusquer - je reviens en lui disant): Alors, tu t'es décidée ?

Léa: non c'est trop dur !

Moi: Je comprends tu as du mal à te décider. Ce n'est pas facile de faire un choix ! Est ce que je peux t'aider ? Qu'est ce qui te fait le plus envie pour gouter ?

Léa (qui ne pleure plus): Les mikado

Moi: Que penses tu de prendre les mikado comme collation et de regarder si il reste des speculoos à la maison en rentrant ?

Léa: Oui mais si il n'y en a plus je vais être triste.

Moi: Je comprends. Alors ce que je te propose c'est de le noter pour les prochaines courses de samedi si il n'y en a plus dans l'armoire

FIN DE LA DISCUSSION

Conclusion: Léa a fait son choix. Elle s'est sentie comprise. Elle ne pleure plus et repart avec le sourire. Je suis heureuse de ne pas m'être énervée et d'avoir garder mon calme durant toute la discussion. J'ai un grand sentiment de satisfaction. La discussion a pris autant de temps qu'une dispute mais nous ressortons du magasin le sourire au lèvres.

Qu'est ce qui m'a donné envie de réagir autrement ?

Léa traverse une période difficile depuis quelques semaines, certainement du à l'arrivée de sa petite soeur et au fait qu'on s'occupe moins d'elle par la force des choses. Après des "vacances" de Carnaval très difficiles au niveau de la communication, j'ai décidé de prendre les choses en main.

Son papa et moi avons choisi une éducation sans violence depuis sa naissance mais pas sans limites; J'ai dé jà lu pas mal de livres à ce sujet (Elever son enfant autrement de Catherine Kremer, La fessée d'Olivier Morel, ...). Pour passer ce cap difficile, j'avais besoin de soutien et de me replonger dans une lecture riche d'idées et de vécus. J'avais feuilleté le premier livre ci-dessous chez une amie et j'avais lu quelques principes. Je me suis donc décidée à le commander et je l'aurai la semaine prochaine. Ma belle-mère m'a trouvé le deuxième et je suis en pleine lecture.

Un des principes de cette méthode est que les enfants ont besoin que leurs sentiments soient reconnu par exemple par des mots qui définissent leurs sentiments (Exemple: Tu as beaucoup de chagrin) ou encore par des souhaits (Exemple: Tu aimerais que j'achète les deux paquets de biscuits).

Livres à vous recommander


parlerpour"Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent" d'Adele Faber et Elaine Mazlish

Dans cet ouvrage, les auteurs présentent aux parents une méthode simple et efficace pour faire l'apprentissage des habiletés de communication qu'elles transmettent dans leur très populaire atelier Parler pour que les enfants écoutent. Des dialogues vivants et des bandes dessinées décrivent dans ce livre, étape par étape, toute une gamme d'outils de communication ainsi que les multiples façons, pour un père ou pour une mère, de s'en servir afin d'améliorer leur relation avec leurs propres enfants.

En vente à la LLL (Leche League) et à L'atelier des Parents

Envie d'en savoir plus, lisez plustôt l'avis de deux bloggeuses: Julie Baby et la biblothèque de Kyra. Dès que je l'aurai lu je vous donnerai le mien.

"Jalousies et rivalités entre frères et soeurs" d'Adele Faber et Elaine Mazlish

jalousiesLà encore, grâce à des dialogues vivants et à des bandes dessinées, les auteurs relatent leurs expériences et celles des parents qui ont participé aux ateliers. Tout au long du livre on apprend à encourager les comportements de coopération et à faire naître une attitude de bonne volonté entre frères et soeurs.

En vente en librairie - Editeur Stock

Autres outils pour aller plus loin


L'atelier des Parents organisent des ateliers autour des deux thèmes un peu partout en France et en Belgique. Pour en savoir plus, je vous invite à visiter leur site.

L'asbl Parents Partages organise 3 conférence en Belgique au mois de mars prochain.